mercredi 25 mai 2011

Les cosmonautes du futur, par Trondheim et Larcenet

Martina est persuadée que la terre est peuplée de robots. Gildas, lui, est convaincu qu’elle est envahie par les aliens. Le hasard, ou le destin peut-être, va amener les deux enfants à se rencontrer dans la cour de récré et les pousser à démontrer leurs assertions. 

Seuls contre tous ils devront donc faire preuve de discrétion autant que de détermination afin de déjouer l’alienation - ou la robotique machination, c’est selon - et découvrir que la réalité peut dépasser leurs frictions s’ils veulent un jour pouvoir devenir des cosmonautes du futur dignes de ce nom. 

Et la tâche est loin d’être simple car, si pour ces observateurs avertis les envahisseurs sont aisément reconnaissables (les robots sont programmés pour agir comme des humains et les aliens communiquent par téléphone portable), la plupart semblent toutefois tout ignorer de leur propre condition, à commencer par leurs parents eux-mêmes qui tentent de les ramener à la raison. 

C’est par le biais de Trondheim que j’ai découvert Larcenet. Pour réaliser cette série le premier envoyait le scénario chaque matin par fax au second qui en faisait une planche dans la journée.

Le résultat est là, brillant, vif, surprenant, et emprunt de cet humour féroce et désabusé mais aussi de cette sensibilité qui les caractérisent, comme dans ces scènes où nos héros se livrent à l’invention d’un langage codé – le bifteck - fort en quiproquos, ces autres où on les voit perdre pied, ou dans d’autres encore où, malgré la mission qu’ils se sont donnés, ils reviennent très sérieusement à des préoccupations très enfantines.

En somme un premier tome très réussi, à l’égal du reste de la série.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire