vendredi 1 juillet 2011

Un homme qui dort, Georges Perec

Un étudiant en sociologie va soudainement s’isoler et faire l'expérience de l'indifférence. Cette vie végétative va progressivement le mener à l’angoisse. Ainsi pourrait-on résumer Un homme qui dort, si ce roman ne constituait en lui-même une expérience plus qu’il ne racontait une histoire, préfigurant ainsi ce que sera toute l’œuvre de Georges Perec.



Après avoir décrit le désir et l’envie dans Les Choses, puis s’être librement livré à cette débauche de style qui lui est propre dans le fabuleux Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour, l’auteur a voulu, comme il le déclara lui-même, décrire ce que pouvaient être l’indifférence et le détachement.





L’ouvrage est l’un des rares à être écrit à la seconde personne. Cette particularité est aussi la raison qui me l’a fait connaître et amené à découvrir Perec. Ce « Tu » qui n’est pas le « vous » définit par Butor dans ses Essais sur le roman, s’adresse à la fois directement au lecteur et dans le même temps au narrateur tout en constituant une forme de « Je », comme si l’auteur se parlait à lui-même. Le procédé est tout à fait adapté et nous plonge très vite, comme sous hypnose, dans cet état de veille propre au personnage, où l’attention aux choses et à nous-mêmes n’a d’égale que l’indifférence qu’elle nous inspire.



L’adaptation cinématographique de cet excellent livre, réalisée sept ans plus tard par Georges Perec et Bernard Queysanne a reçu en 1974 le prix Jean Vigo. Outre que le film est très beau d’un point de vue esthétique, l’utilisation d’une voix off féminine et l’interprétation de l’acteur ajoutent encore aux effets décrits ci-dessus et transcendent véritablement l’œuvre originelle. On peut encore aujourd’hui le trouver aisément sur internet. Pour les amateurs un très beau coffret existe également, sorti en 2007, comprenant le texte intégral, un découpage en chapitres permettant de mettre en valeur la structure, ainsi que divers autres suppléments.


2 commentaires:

  1. C'est promis je vais me mettre à Perec.

    RépondreSupprimer
  2. Excellente résolution ! De mon côté j'ai prévu de me mettre à Proust ;)

    RépondreSupprimer