vendredi 19 octobre 2012

Docteur Who, le Dixième Docteur : Brilliant !


« Je suis le Docteur, mais au-delà de cela je ne sais littéralement pas qui je suis » : tels sont les premiers mots qu’adresse le nouveau Seigneur du Temps, à peine remis et en pyjama, à ses nouveaux ennemis, avant de combattre ceux-ci l’épée à la main. Ainsi découvrons-nous, en même temps que lui, celui que nous pensions connaître mais chez qui persistent cependant, malgré le contraste flagrant, certains traits et expressions de sa précédente incarnation. Plus jeune, plus impétueux, plus puissant, plus dur et plus fou, mais toujours admiratif de l’intelligence et de l’invention de toute forme de vie, il continue de s’intéresser à chacun, ne vivant qu’au travers des aventures et de la joie qu’il procure et partage, sans vouloir s’attacher tout en portant un regard plus aimant sur le monde.

Toujours plus enthousiaste ( « Allons-y Alonso ! » ) le Docteur continue, comme si de rien n’était, à voyager dans le Tardis en compagnie de Rose. Mais, parce qu’il faut parfois se rendre aux évidences, au-delà des apparences, et de celle du Docteur en particulier, les choses ne sont plus ce qu’elles étaient. Londres connaît désormais chaque année des vagues d’envahisseurs venus de l’espace, d’anciens ennemis évoluent, d'autres apparaissent : aliens, démons, loups garous, rejoints par le Master, la reine d’Angleterre et autres monstres, sacrés ou non. Et c’est tant mieux car tout serait bien ennuyeux sans ces changements mais aussi ces rencontres avec Agatha Christie, Madame de Pompadour et Shakespeare, ou encore ces références à James Bond ou H2G2 qui constituent l’univers du Docteur.

Car curieusement ce qu’il fuit est aussi ce qui le retient, tant l’étendue de son pouvoir, de ce temps, de la beauté et de la souffrance dont il a été témoin ont créé chez lui une forte empathie. Plus proche des humains, qu’il aime et admire, il partagera leurs émotions et leurs sentiments, l’amour, la tristesse, la joie et la compassion, le courage, l’abnégation. Et l’espoir surtout, qui conduit l’humanité vers son avenir, la pousse à emprunter le même chemin, ou à le quitter pour l’inconnu et l’utopie, pour le meilleur et pour le pire aussi. Où la technologie, en dépit de ceux qui prétendent la maîtriser, de Unit à Torchwood, possède sa propre logique et se retourne souvent contre eux, provoquant la déception, la pitié ou la colère de ce Seigneur du Temps.

Un Docteur fidèle à son nom, qui recherche le pardon et la paix, aspire à la vie commune qu’il défend et cependant met en péril dans le même temps. Ainsi celle de Donna Noble, apparaissant à point nommé et disparaissant de même, à qui sera offerte la possibilité, comme à lui, de voir l’existence qu’elle aurait pu mener, et de choisir entre celle-ci et son destin. Ainsi celle de Martha Jones qui, comme Rose avant elle, mène une vie plus que normale, entre histoires familial et travail à l’hôpital, jusqu’au moment où elle croise la route du Docteur, passant puis patient à deux cœurs. Des hommes casqué, de l’électricité dans l’air : il n’en faut pas plus pour partir à l’aventure, parcourir l’univers et s’y sentir « comme chez soi ».

Hanté par le passé, tourmenté par la culpabilité, le nouveau Docteur en est parfaitement conscient, à qui l’on reprochera désormais ses agissements, et qui reconnaîtra face à Donna qu’il a bel et bien besoin de quelqu’un pour l’empêcher d’aller trop loin. Car, parce qu’il sait plus que quiconque que tout à une fin, qu’il se sait en sursis et le craint, il ne renonce jamais, défiant et fuyant sans arrêt la mort pour finir par refuser tout changement qui ne soit pas le fruit de sa volonté, tant il s’est attaché à cette incarnation et à ce personnage dont on peut dire sans hésitation : « Il est comme le feu, la glace et la colère. Il est comme la nuit et la tempête au cœur du Soleil. Il est ancien et éternel. Il brûle au centre du Temps et il connaît l’avenir de l’Univers. Et…il est merveilleux. »

Tel est ce Dixième Docteur, dit Ten, comme Tennant, David, son interprète, dont l’histoire se confond avec celle de celui-ci et se résume en un mot : Brilliant. Fan de la série depuis son plus jeune âge, devenu acteur dans ce but, refusé puis travaillant en coulisse, il est finalement choisi pour ces trois saisons hautes en couleur durant lesquelles il saura si bien endosser le rôle qu’il deviendra LE Docteur pour bon nombre de téléspectateur, si bien qu’il faudra longuement préparer sa sortie et l’arrivée du suivant, qui ne se fera pas sans heurts ni pleurs. Mais on ne reste jamais triste longtemps avec le Docteur comme nous le verrons la prochaine fois.



Crédit photos et vidéo : BBC - Doctor Who - The Official Site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire