lundi 7 novembre 2011

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, de Pierre Thiry


Il était une, deux, trois fois (et tant d’autres depuis la sortie du dernier livre de Pierre Thiry) un, deux, trois frères lapins amoureux d’une hermine à Montceau-les-mines. Ce pourrait être une comptine si ce petit conte ne contenait l’air de rien bien plus qu’il n’y paraît au premier abord, à commencer par un secret que les dits lapins (du moins les trois qui nous intéressent) ignorent : mais qui est donc cet Isidore ?
Et c'est ainsi qu'avec eux nous partons, sans savoir à quoi nous attendre encore, à la rencontre de ce personnage « considérable, redoutable, tout à fait exceptionnel, unique en son genre » à l’apparence non moins étrange que ses obsessions, et qui répond au curieux nom de Tipéranole.

Au croisement du monde commun et rassurant des livres pour enfants et de l’univers vaste et surprenant de la littérature classique, c
onvoquant tour à tour Esope, La Fontaine, les Trois petits cochons, Pierre et le loup, Jacques Prévert, Boris Vian et Lewis Caroll, Pierre Thiry compose avec le réel pour lui redonner vie, par le truchement de la toponymie, de l’anthropomorphisme, de la métonymie.
Ce petit conte qui regorge de trouvailles, tel ce « vieux fusil qui tirait des balles cruelles » ou ce fabuleux passage sur le temps, parlera aux souvenirs des adultes comme à l’imagination des plus jeunes. La diversité des registres, la richesse du vocabulaire et des sonorités sont autant d'invitations à explorer le sens des mots que nos propres sens. Car, s'il y a du rythme, de la rime et de la poésie, il y a aussi des images dans cet étrange ouvrage qui a la structure d'une fable et le langage des nuages.
Sous cette douce et claire couverture abritant d'épaisses feuilles couverts de larges caractères c’est la jeune illustratrice Myriam Saci, du blog Mya c’est Moi, enfin c’est elle, que Pierre Thiry a choisi pour ses représentations ingénues, chaudes et colorées, de créatures et de crèmes glacées illustrant à merveille ce charmant volume, où la curieuse proéminence du point virgule nous renvoie au leçons de notre enfance mais aussi peut-être au précédent ouvrage de l'auteur.
En attendant de découvrir ce Ramsès au pays des points virgules que j'ai désormais hâte de pouvoir lire, je tiens à remercier Pierre Thiry et Myriam Saci, ainsi que Sophie Tagel, auteur et rédactrice du site Trendys grâce auxquels j'ai eu le plaisir de connaître et de partager cette présente lecture, et vous convie à partir à votre tour à l'aventure avec Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines, un petit conte pas bête à offrir pour les fêtes.

3 commentaires:

  1. Merci Karine, c'est Pierre Thiry qu'il faut remercier, la vidéo est de lui ;)

    Koyolite merci, c'est parce que c'est un très joli livre, je me souviens avoir lu celle du Galion des Etoiles, qui m'avait beaucoup plu aussi ;)

    RépondreSupprimer